Ma Photo

« Cannabis contre Alcool au volant: le faux débat! | Accueil | Le fléau de la drogue poursuit son expansion. »

13 décembre 2005

Commentaires

VERONIQUE

LA MILDT COMPLICE DES USAGERS DE LA DROGUE!!!!

Quelle surprise et quel choc !la dernière lecture de la revue de presse de la MILDT du 13 décembre.
Je suis maintenant sûre qu'ils sont devenus fous.

La MILDT annonce les opérations de contrôle!!!
Elle écrit:"D'après l'AFP....demain une opération de contrôle d'alcoolémie et de stupéfiants sera menée en Moselle par la gendarmerie française en relation avec la police allemande".

Bravo à Didier Jayle !de faire autant de publicité pour une telle opération qui mérite au mieux d'être tue,au pire une grande discrétion préalable.
Mais ainsi,une fois les consommateurs avertis,les résultats statistiques en seront améliorés et le Dr Jayle aura des bons points.

Serais-ce une déclaration maladroite de la MILDT?

QUE NON!La MILDT subventionne l'association ASUD 145 000€ par an.

Que lit-on sur son site?
CONSEIL BISON TAFEUR:
"Restez prudent et discret;
Ne vous prenez pas pour FANGIO.
Attachez vos ceintures.
Evitez les filtres de joints dans le cendrier du véhicule.
les papiers à rouler qui traînent sur le tableau de bord.
Bref tout ce qui peut vous rendre suspect aux yeux de la police et vous identifier d'emblée comme un usager de drogue.
Surtout si vous êtes jeune,roulant au volant d'une puissante berline et un ...UN PEU BRONZE."

Alors, non seulement le conseillé connait bien la loi puisque,je rappelle que la gendarmerie peut contrôler sur un soupçon de consommation et ce conseil n'est pas fortuit,mais en plus,subodore une démarche "au faciès" de la par des forces publiques.

Et tout celà subventionné par l'Etat!

Je suis consternée.J'ai une élève Franco Marocaine avec qui j'ai parlé aujoud'hui de la drogue dans les banlieues et qui est triste, très triste, du racisme qu'elle subie et de la drogue partout autour d'elle.
Non seulement,ces conseils de l'association ASUD sont une incitation à la consommation, mais également une provocation raciste complétement déplacée.

Je suis,et je le répéte,consternée par ces démarches de la MILDT et de celles des associations qu'elle soutient financièrement et juridiquement lorsque elles sont appelées en justice pour incrimination à l'incitation de consommation de drogue.

Je suis scandalisée!Nos réponsables politiques sont-ils au courant de cette dérive de la MILDT?

Réduction des risques NON
Réduction de la réalité OUI

Ma petite élève est originaire du Rif au MAROC;
Son grand pére lui a racontée la forêt détruite, ses cousins exploités par les traficants ,la corruption(en France et au Maroc).Elle est en colère contre la bourgeoisie française qui donne de l'argent à ses enfants gâtés pour qu'ils achètent leur cannabis.
Pendant ce temps là,sa famille se fait outrageusement exploiter et ses voisins sont montrés du doigt.

Elle se révolte et elle est très courageuse et très franche.

Tout l'inverse de Dr Didier JAYLE.

Merci le CNID,je suis d'accord avec vous.

David :Chef petite entreprise

Article de PARIS-MATCH du numéro 2952.

"LE CANNABIS FAIT PEUR AUX ENTREPRISES"

Je crois plutôt que l'on devrait avoir peur des initiatives qui tendraient à limiter aux seules entreprises "autorisées" le droit de contrôle de l'usage des stupéfiants.

Pourquoi l'Etat,encore une fois,se mêlerait-il de la vie (en l'espéce de la survie) de l'entreprise? En plus en tentant de limiter la liberté d'initiave du chef d'entreprise.
J'ai lu sur un article du PARISIEN du 23 novembre,que le président de la MILDT voulait limiter les dépistages pour les professions à risque.
L'article de Paris-Match reprend l'idée de ce principe ,celui d'un encadrement de l'Etat dans la gestion intérieure de l'entreprise,qui définirait les entreprises contrôlables et non contrôlables.

Il est d'ailleurs surprenant de laisser croire qu'à l'opposé,les contrôles pourraient devenir systématiques,comme aux Etats Unis (cette dernière remarque étant souvent l'insinuation suprême attribuée à un des plus grands pays dictatoriaux).

Parler d'autre part du lobbie des marchands de tests me paraît également complétement déplacé.

En définitive ,il faut garder raison et bon sens,car si chaque cas est particulier le risque de l'usage de la drogue dans l'entreprise reste un danger très important:

Quelle que soit le taille de l'entreprise ou du poste occupé.

Le Code de Travail permet tout à fait au chef d'entreprise de se proteger du fléau ,il suffit d'appliquer ses règles.

Ainsi
-Le chef d'entreprise doit garder le pouvoir de la police dans son entreprise pour la sécurité de son personnel comme de celui
de ces clients ...et du matériel.
-Comme l'alcool est banni de l'entreprise, la drogue doit l'être aussi .Pourrions imaginer que pour l'alcool,il puisse être défini de façon limitative des entreprises ou des postes à risque?.

Mais ne nous plaignons pas; on commence à peine a parler de ce fléau dans le milieu du travail.

Alors! Autant vaut-t-il poser le problème clairement au départ et trouver les solutions les plus efficaces tout de suite.

Et méfions nous de propositions ambigües de la MILDT.


Attention de ne pas confondre,et
votre article le souligne clairement:
REDUCTION DE LA REALITE et pour l'entreprise ERADICATION DES RISQUES.

Je remercie à nouveau le CNID.

Jean Paul

------------------LE LOURD TRIBUT DES 15-24 ans---------------

------JEUNES CONDUCTEURS:BOITES NOIRES INTERDITES-------

Le FIGARO lundi 9 janvier rappelle que parmi les 30% des tués sur la route qui sont âgés de moins de 25 ans,alors qu'ils ne représentent que 13% de la population circulante!,
1 sur 2 venait de fumer du cannabis !!!

Alors qu'un groupe d'assurances souhaite,comme çelà est pratiqué par des assureurs d'autres pays d'Europe,installer une boîte noire - avec l'accord du jeune assuré masculin -qui permet,par entente contractuelle réciproque, de contrôler son engagement à respecter,entre autre,les limitations de vitesse,
la Cnil refuse.

Dont acte.

Les jeunes continueront à mourir et à être blessés à vie sur la route ,à payer cher leur assurance,à ne pas pouvoir,avec cet argent non économisé,consommer d'autres biens ou valeurs culturelles (comme par exemple les voyages- les voyages forment la jeunesse-),
bref à voir leur Liberté réduite.

Parce que les bons bourgeois de la Cnil sous le principe soixante-huitard du fameux adage :"IL EST INTERDIT D'INTERDIRE" sont contre tout contrôle.
Leur salaire leur a permis de payer les surprimes jeunes conducteur de l'assurance de leur progéniture.Tant pis pour les fils de prolétaires.

Le bon petit enfant de bourgeois continuera à voyager et à se déplacer en toute notion d'irresponsabilité.
Le fils du prolo qui souhaitait affirmer son sens de la responsabilité aura sa liberté économique empêchée par les lourdes surprimes qui serviront à régler dommages causés par les beuveries et fumettes du petit bourg.
(et s'il font une bêtise il téléphone à papa,à l'instar du fils de notre premier ministre)

Enfin les chiffres du nombre de jeunes conducteurs accidentés gravement circulant sous l'emprise du cannabis - la moitié - devrait encourager les collaborateurs de l'OFDT à ne pas ricaner lorsqu'on leur rappelle ces faits épouvantables.
Ils justifient leur mépris par le fait que le rapport SAM-OFDT avait produit pour ce qui concerne les accidents de la route sous l'emprise du cannabis des chiffres ridiculement bas ..."C'est la raison pour laquelle le gouvernement avait fait retarder la publication du rapport" m'a expliqué récemment un collabo de l'OFDT.

Quand les gens sont entêtés,ils sont entêtés.

SAUVE QUI PEUT LES CONS SONT AU POUVOIR.

Charles

LIBERATION du 10 janvier titre:"Substitution à l'heroïne:menace sur l'accès au Subutex".

Je ne suis pas d'accord pour considérer que le C.. sont au pouvoir.Voyez la volonté du ministère de la Santé,initié en çelà par le ministère de l'Intérieur,qui souhaite endiguer les débordements de la distribution du Subutex.

Enfin l'Etat prend conscience du problème et ...AGIT.

Mais les campagnes et l'information courageuses et tenaces du CNID sont-elles peut être pour quelque chose dans cette bonne évolution.

Merci à votre association

Aurore- collégienne-

On nous indique que l'alcool ,l'alcool,l'alcool ,est un danger pour nous.Et que le cannabis aggrave ses risques.

On a l'air de dire ,présenté comme çelà ,que le cannabis est beaucoup moins dangereux que l'alcool.

Mais il est plus dangereux parce que certains prennent du cannabis pour s'éclater et que c'est plus discret et moins coûteux que l'alcool.
En plus le cannabis facilite ceux qui ont consommé de l'alcool pour chercher l'ivresse plus rapidement.Je veux dire que le cannabis encourage à consommer de l'alcool plus facilement,je l'ai vu chez des copains.

Non !Le cannabis est plus vicieux que l'alcool parce qu'il reste tout le temps autour de nous et qu'on en a marre!!!

Jean Paul

DEMANDE ENQUÊTE PARLEMENTAIRE:

85 Députés,ce jour LUNDI 6 Février,demandent au Premier Ministre de mettre en oeuvre une Enquête Parlementaire sur l'insuffisance de résultat de la MILDT et même parfois l'incitation à la consommation de drogue ( voir article du Figaro...)
qui parle même de politique déviante.

INVITEZ VOS DEPUTES A REJOINDRE LES SIGNATAIRES.

ENFIN DES ACTIONS COURAGEUSES!

Avec un professeur de Médecine ,Bernard Debré.

Bravo aux Députés!Et tous nos voeux de réussite.
Si cette initiative pouvait libérer les bonnes volontés?

Pour que la Vérité soit enfin Victorieuse!

Pour tous ces jeunes des écoles,qui vont entrer en sixième l'année prochaine,pour nous permettre de les aider à se défendre!

Pierre

Pierre a rencontré Michel qui est un ancien hero.
Alcool adolescent,cannabis service militaire pour faire comme les autres,sa femme et son bébé tués dans un accident de la route,détruit il tombe dans l'héroïne et toutes les autres drogues.
6ans SDF.
Sauvé par une association qui lui a imposé tout de suite le sevrage et l'abstinence.

Il souhaite maintenant aider les autres et ne peut pas supporter les "salauds" qui exploitent les autres au Subutex.

Tous ses amis de la rue sont morts.

S'il n'avait pas connu le cannabis et s'il avait été informé avant...
Maintenant il veut informer les jeunes.
La politique de Réduction des Risques "c'est de la merde" et il sait de quoi il parle!

Il souhaite participer aux actions du CNID.

Seb.

Messieurs, Mesdames,

Veillez à ne pas dire tout et n'importe quoi !
Il serait long et fastidieux de reprendre l'ensemble des "dires", des "interprétations sauvages" et des manipulations qui sont écrites ci-dessus. Manipulations politiques jouant sur les cordes affectives, la peur et les discussions de comptoir... sans aucun doute ! Je vous invite à contacter, côtoyer, questionner les nombreux professionnels et bénévoles travaillant dans les centres de soins, les associations et les institutions de Réduction des Risques. Vous y trouverez peut-être un regard nouveau sur les actions de préservation de la santé, la prévention et le soin.
Les champs de la prévention, la réduction des dommages liés aux conduites à risque, l'accompagnement aux soins, le soin sont autant d'étapes incluant une complexité de considérations, une pluridisciplinarité et de très nombreuses connaissances/compétences.
Des politiciens gonflés de leur pouvoir d'assoire leurs visions et leur "idéal" ne doivent et ne peuvent faire l'économie d'une concertation avec les spécialistes des domaines sur lesquels ils débattent !

Quand au "Pr. Debré" plus intéressé par le pouvoir du politique que par la pratique de la médecine, Je ne lui confierai ma santé pour rien au monde !
Pour votre prochaine intervention chirurgicale vous opteriez pour le professeur qui oeuvre sur les bancs de la fac ou pour le chirurgien qui pratique en milieu hospitalier ?

Ne tombez pas dans l'imbroglio des interprétations politiciennes et des informations parcellaires qui vous sont données en pâture. Veillez à rester informé. L'intelligence, la raison ne se satisfont pas dans les raccourcis et l'économie d'une réflexion.

P.O.:- M - ancien toxico.

J'ai tout pris ,j'ai tout fait ,j'ai tout perdu.

J'ai gardé l'amour des autres, et une foutue envie de vivre.
Le traitement par Subutex est un leurre.La crise de sevrage n'est pas souvent aussi spectaculaire comme on le montre dans les films.
Celà ressemble plutôt à une bonne grippe.

Il faut se sevrer tout d'un coup pour qu'on se rende bien compte de la dépendance épouvantable que l'on a du produit.

Si on a la chance de trouver un groupe qui nous prend en charge en nous amenant par exemple en montagne loin de tout notre environnement malsain,on peut s'en sortir.

Rester près d'un centre de produit de subtitution c'est rester un esclave.Honte aux maîtres de ces nouveaux esclaves.
Beaucoup de mes copains de la rue où je suis resté 6 ans sont morts.

Ce qui faut, c'est ne jamais commencer!

Laisser croire aux jeunes que l'on peut s'amuser avec la drogue et que l'on peut la contrôler est faux,archi-faux!

Jeune ,j'étais hélas déjà dans un milieu alcoolique ,je n'aurais jamais du renconter le cannabis.

Pauvres enfants qui vivent déjà dans un milieu cannabis;ils sont plus fragiles pour risquer de tomber dans les autres drogues.
Tous ceux qui disent le contraire sont de faux spécialistes et ces pseudo professionnels des centres de soins Reduction des Risques sont des inconscients.

Je suis heureux de connaître le CNID .Eux ,au moins ils ont compris une fois.

IL NE FAUT JAMAIS COMMENCER !!!

JAMAIS COMMENCER !!!!

herve

LIBERATION BAFOUILLE.LIBE FARFOUILLE.

Au sujet de l'enquête de "60 Millions de Consommateurs" qui démontre que le cannabis serait 7 fois plus cancerigéne que le tabac.
Le journaliste M.Ecoiffier modifie radicalement son article suivant qu'il l'écrit le 28 ou 29 mars.
La version la plus favorable au cannabis étant,bien sur,celle éditée sur le papier journal du 29.

Voyons comment la version évolue suivant l'idéologie dominante de LIBE:
-Le 28 le titre"LE CANNABIS MOINS TOXIQUE QUE LA CLOPE:une idée fumeuse"
et la fin du premier paragaphe:
"Une expertise collective de l'INSERM avait déjà alerté sur le risque cancérigène lié à une présence de goudron plus forte dans la fumée de cannabis"

-Le 29 le même journaliste écrit sur la version imprime du journal un titre différent:"LA FUMETTE PLUS NOCIVE QUE LA CIGARETTE"(le mot tabou quand on le critique, CANNABIS,disparait).
La fin du premier paragraphe est transformé en:"l'INSERM avait déjà alerté sur le risque cacérigène lié à des doses accrues"(ça n'est donc plus le cannabis qui est plus cancérigène - le mot tabou quand on le critique,cannabis disparait à nouveau - mais la notion de doses accrues)ainsi la politique de Réduction des Risques repointe à l'horizon :consommons toujours moins,mais mieux.
Dernière phrase la plus perverse dans la conclusion,qui est rajoutée à la nouvelle version:
"Faute d'étude épidémiologique sur le long terme,on ne peut affirmer que les effets du cannabis sur la santé sont identiques à ceux du tabac".

Non seulement c'est la conclusion qui souvent est l'idée retenue d'un article,mais cette dernière phrase est radicalement opposée à l'étude faite par 60 Millions de consommateurs puisque qu'elle la rend de facto parfaitement inutile.
De même que M.Ecoiffier fait disparaitre dans son second texte ,la réalité de l'étude de l'INSERM pour gommer tout ce qui pourrait nuire à l'image du cannabis.
Pourquoi cette manipulation?

Le journaliste se range-t-il dans l'alignement de la pensée unique et dominante?
Souhaite-t-il aider la lobby du cannabis en France?
Veut-il aider ces milliers de jeunes qui sont devenus les militants dociles et obéissants des théoriciens du self-support chère à ASUD?

Devons nous attendre sur le long terme des centaines de milliers de morts supplémentaires pour vérifier si le cancer provoqué par le cannabis en résine serait un bon et gentil cancer?
et si les 6 à 7 fois plus de goudrons et de CO,
les 2 fois plus de benzène
et 3 fois plus de toluène
seraient moins dangereux que le ceux du tabac?
et que les 2 fois plus de nicotine
et 6 fois plus de CO du joint à herbe "pure"
donneraient un cancer naturel?...

STOP!

M.Ecoiffier votre mauvaise fois est indécente et vous n'avez pas le droit d'abuser ainsi les jeunes que pourront mourir par votre militantisme fautif ET CRIMINEL.

LIBE FARFOUILLE -LIBE BAFOUILLE

Nadia.Le choc -Revue de presse de la MILDT

La revue de presse de la MILDT ne finit pas de nous surprendre.


Alors que 150 parlementaires sont aux trousses de cette Mission Interministérielle "très ambigüe"par une demande d'enquête parlementaire sur ses dérives,
sa revue de presse,de plus en plus chétive mais concentrée,ne manque pas,par le biais de l'AFP,de donner audience aux partisans de la légalisation ( on ne parle même plus de dépénalisation! )du cannabis.

Ils reparlent de la faible dangerosité du cannabis.

On est prêt à croire que la MILDT est d'accord avec cette thèse fumeuse...

Le moindre des professionnalismes de ceux qui font la revue de presse de la MILDT,serait de ne pas sembler abonder dans le lobbying de ces militants du CIRC, auteur du fumeux appel des 18 joints ( au fait!qui avait signé et soutenu cet appel à l'époque?) ,mais bien d'informer de sa propre remise en cause sur son incompétence et sa déviance idéologique.

Mais peut-être que la MILDT préfère le CIRC aux législateurs qui défendent la Santé et la Liberté des français qui sont d'accord pour une très très grande majorité d'entre eux avec ces courageux députés ...
au moins s'ils étaient informés objectivement.

Pierre -ILS ONT OSE LE FAIRE-

SITE DE LA MILDT à télécharger?

PREVENTION DES CONDUITES ADDICTIVES.

GUIDE D'INTERVENTION EN MILIEU SCOLAIRE.

La version du guide d'intervention est en place depuis octobre 2005,en terme éducation nationale celà veut dire que le projet peut être opérationnel la rentrée 2006.

Comme Didier Jayle l'avait annoncé le CM2 et 6ème sont informés sur la tabac.
Du 5ème au 3ème sur l'alcool ,

Il choisissent en 2ème de fumer du tabac ou pas en pleine connaissance de cause.

Et on leur parle du cannabis à partir de la troisième seulement alors que l'âge moyen de début de consommation de cannabis est de 13ans et 8 mois.

TROP TARD!

Mais tout va bien,on leur parle des risques de la polyconsommation de drogues en classe de terminale.

Il sont accompagnés aux enfers.

Les études de législation comparée en Europe en matiére de drogue (mai 2006)qui peut être consulté plus haut sur le même site ,est consternant d'amateurisme et d'imprécisions.

La France est en tête du malheur de la drogue.
Nous risquons si rien n'est fait rapidement de conserver ce classement.

Combien d'enfants souffrent ou vont souffrir ,c'est terrifiant!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

juin 2015

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Liens