Ma Photo

« La MILDT : A propos des salles de consommation | Accueil | Pétition contre les salles de shoot de la Fraternité Marie Espérance www.fmesp.org »

21 septembre 2010

Commentaires

chinoise

Les salles de shoot ne sont pas une solution UNIVERSELLE. Elles sont nécessaires dans un cadre très strict pour que les patients toxicomanes, des malades avec une vraie addiction, puissent faire leur injection dans de meilleures conditions. Sachez que 30% au moins des patients sous SUBUTEX sont des injecteurs. Et on en compte 90000 à 100000 en France. Ne jetons pas l'anathéme sur ces patients. Il faut les aider, pas les rejeter.

Mêdéline

Allons plus loin dans le génie du déni ! J’imagine…la création d’un circuit “Pierre Karlsberg”, où tous les alcolos pourraient rouler bourrés, sous la surveillance bienveillante de pompiers et services d’urgence à disposition. Entrée gratuite sur présentation d’un alcotest positif.
Voila qui réduirait les pratiques dangereuses sur la route !

salles de shoot/role d'un observatoire

OBSERVATOIRE DES DROGUES/ OBSERVATOIRE DES JEUX

JEAN MICHEL COSTES directeur de l’Observatoire des drogues vient d’être limogé

Jean-Pierre G. Martignoni-Hutin ( sociologue)


Jean-Michel Costes , directeur de l’observatoire des drogues , qui a été nommé il y a un mois membre de l’Observatoire des jeux, « vient d’être limogé ». Cette affaire, sous de nombreux aspects, concerne directement le champ du gambling et la question du rapport entre l’autorité publique, le pouvoir politique et les Observatoires.
-----

L’information date de quelques jours, JM Costes directeur de l’observatoire des drogues et des toxicomanies ( OFDT) vient d’être limogé de l’OFDT par Etienne Apaire ( Président de la Mildt, la tutelle de l’observatoire des drogues.) JM Costes va pouvoir se consacrer entièrement à l’Observatoire des jeux vu qu’il cumulait deux fonctions... Cette éviction pose un problème commun, en matière de Politique des jeux et en matière de Politique de lutte contre la toxicomanie. Quel est le rôle d’un Observatoire ? Notre réponse : Observer objectivement de manière pluridisciplinaire ( faire des statistiques, des enquêtes etc…). Il ne doit donc en aucune manière gêner, orienter et encore moins décider d’une politique des jeux ou d’une politique de lutte contre la drogue, qui doit relever de l’autorité politique. C’est visiblement pour avoir oublié cette règle de base de la décision publique républicaine ( nonobstant la soumission légitime à la tutelle) que JM Costes a été remercié. Il s’est prononcé pour les « salles de shoot », alors qu’E. Apaire, le gouvernement et certainement une très grande majorité de Français, sont contre. A suivre. JM Costes va recevoir des soutiens de la gauche, d’une partie de la doxa des toxicologues et des médias ( le Monde et Libération en tête) qui mènent depuis des années un activisme (répétitif et lassant) en faveur des salles de shoot. Un curieux lobbying en réalité qui est loin d’être partagée par la totalité des spécialistes en toxicomanie. En aucune manière cela ne doit occulter les vraies questions : quel est le rôle d’un Observatoire en matière de drogue ou en matière de jeu ? La décision, l’orientation de l’action publique ne doit-elle pas forcément en final relever de l’autorité politique, garante de l’intérêt général, sous peine d’être systématiquement entravée par des opinions ou des intérêts privés qui en outre le plus souvent ne sont même pas représentatifs de l’opinion publique et de plus font débat au sein de la communauté scientifique du champ concerné.

© jp Martignoni, lyon, France, 12 avril 2011

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

juin 2015

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Liens